dimanche 2 mai 2010

SOCIéTé ANONYME







Jacques Brel, " Le Diable ( ça va) :



http://www.youtube.com/watch?v=oI0Q3dFnJ5o


A noter, entre autres...:

" Les Etats se muent en cachette en anonymes sociétés..."


------------------------

Eddy Mitchell, " Société anonyme" :

http://www.youtube.com/watch?v=XJ5we03cSTw

Refrain :

" Rien n'est à toi, tu ne vaux pas un seul centime,
Tout appartient à la Société anonyme..."

---------------------------

Discours de Ségolène Royal le 1er mai :



http://www.desirsdavenir.org/s-gol-ne-royal/les-actualit-s/1er-mai-2010-lactualit-dun-combat/01-05-2010


Extrait :

"...Loin, très loin des errements d'un système financier qui n'en fait, à nouveau, qu'à sa tête et de ce capitalisme court-termiste qui voudrait l'Etat à sa botte, les services publics affaiblis, les retraites amoindries et les salariés acculés à la passivité, la peur, le stress et même parfois la mort (France Télécom, producteurs de lait…) comme issue au travail dégradé ou qui ne paye plus.

Emploi, conditions de travail, pouvoir d'achat, retraites, sur tous ces sujets, deux voies et deux méthodes alternatives s'opposent : celle de la régression sociale, avec ses protections démantelées, ses promesses de régulation non tenues, ses simulacres de concertation, et celle, à l'inverse, qui permettrait de faire de la crise (dont nous ne sommes pas sortis) l'occasion d'un nouveau départ accélérant hardiment le tournant de la croissance verte, impliquant activement les salariés et les citoyens dans l'élaboration d'un nouveau modèle de société qui relève, au travail et hors travail, les défis du monde d'aujourd'hui.

Car ce n'est pas les uns contre les autres mais les uns avec les autres que nous devons inventer et mettre en place les sécurités humaines du 3ème millénaire. Chez nous, en France, et à l'échelle de la planète.

Ils tentent de nous faire croire qu'ils seraient, eux, les modernes, les partisans du mouvement et d'une plus juste répartition des efforts alors que nous serions, nous, d'indécrottables archaïques, des immobilistes voire des corporatistes crispés sur leurs avantages acquis. Mais ce sont eux, en vérité, qui regardent dans le rétroviseur. Eux dont le répertoire se limite aux vieilles recettes qui ont échoué : pression maximum sur les plus vulnérables, fragilisation croissante de ceux qui jusque là s'en sortaient (comme si le déclassement n'était qu'un fantasme !), privilèges garantis aux nantis, aux bénéficiaires du bouclier fiscal et autres piliers de ce « capitalisme de connivence » où l'on se renvoie l'ascenseur entre soi.

Eh bien disons-le avec force en ce 1er mai 2010 : ce n'est pas ainsi que nous voulons notre pays ! Et ce n'est pas ainsi que nous voulons le monde !..."

2 commentaires:

À 4 mai 2010 à 06:45 , Blogger Bibi a dit...

La dernière augmentation conséquente des salaires étaient en 1968.

Accepter qu'il en soit ainsi, accepter quelque argument qu'il soit pour qu'il en soit ainsi, voila qui laisse peu d'espoir de satisfaction aux autres demandes faites.

Isn't it?


Bibise

 
À 4 mai 2010 à 06:46 , Blogger Bibi a dit...

Désolée pour la faute! "était en 1968" ai-je voulu écrire...

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil