jeudi 6 septembre 2007

FIN DU COLLEGE UNIQUE !


J'étais en train, comme le conseille Voltaire, de cultiver mon jardin quand ma précieuse Coralie m'a alerté au-sujet d'une nouvelle décision du gouvernement.
Je poste, en copié-collé, son commentaire inquiet, puis l'article qui l'a alertée.

Je signale en passant que la lutte efficace contre ce genre de vraisemblable dérapage devrait venir du "cabinet-fantôme", que je me permets de trouver bien trop discret pour le moment...
Finalement, Ségolène (discours à Melle), Najat (lien vers son blog ci-joint : voir les chroniques estivales), font tout le boulot, un remarquable boulot d'analyse précise que Coralie et quelques autres ami(e)s s'efforcent de compléter.
Voilà donc ce qui attend les écoliers et étudiants. Avant de passer la parole à Coralie, je vais encore ajouter une appréciation : dans l'article que vous lirez ci-dessous, vous constaterez que le ministre de l'éducation avoue n'être que le porte-parole, le "faire-valoir" donc, du président...
Voilà, comme disait un ami en réponse à Coralie, qui commence à ressembler à de la dictature...
PLACE A L' ACTUALITE
« Bonjour,

Voilà, je découvre cet article à l'instant. Je vous livre ma première impression, mon sentiment, et j'attends avec intérêt vos commentaires.

Je crois comprendre que dès la 6ème il y aura une "orientation" des élèves, c'est-à-dire que dès 10 ou 11 ans, nos enfants seront placés dans des filières.
Après l'abaissement de l'âge de l'apprentissage à 14 ans, cela m'inquiète beaucoup. Ne s'oriente-t-on pas vers une sélection pour la mise en place de classe de niveaux homogènes ?
En somme, c'est la mise en place d'un système qui illustre bien ce pense N.S. et qu'il a clamé haut et fort pendant la campagne : la prédestination ?

J'utilise peut-être des mots qui ne sont pas adaptés. Je ne voudrais pas que vous pensiez que je dévalorise les métiers manuels, techniques. Je dis simplement qu'il me semble qu'un bagage général jusqu'à 16 ans est un minimum pour permettre à chacun de découvrir, d'avoir envie de continuer, dans tous les domaines de la culture.
Et j'y inclus les disciplines sportives et artistiques.

A bientôt pour vos réactions. «

Coralie

Et voici l'article qui a indigné Coralie :

Xavier Darcos confirme la fin prochaine du collège unique
OAS_AD('Frame1');


PARIS (Reuters) - Xavier Darcos confirme avoir reçu de la part du président de la République la mission de "rompre" avec le collège unique, mis en place il y a plus de 30 ans.
"Je ne dis pas que le collège unique n'a pas été utile, je dis que le collège unique n'est plus adapté aux difficultés que rencontre l'école aujourd'hui", a déclaré le ministre de l'Education nationale sur France Inter.

"Oui, on en parle au passé", a-t-il ajouté. "Le président de la République m'a donné mission de rompre avec le collège unique".
Mis en place en 1975, le collège unique accueille dans un même type d'établissement tous les élèves de la 6e à la 3e, qui y reçoivent un enseignement identique.
Xavier Darcos a expliqué vouloir donner davantage d'autonomie aux établissements, "faire en sorte qu'avec des crédits et des marges de manoeuvres plus larges, le collège organise sa politique pédagogique en fonction du public qu'il a".
Le ministre a donné plusieurs exemples : ajouter des modules massifs de français pour ceux qui en ont besoin, des activités sportives pour eux qui veulent se défouler, faire de l'anglais de manière systématique ou bien du français langue étrangère pour les élèves récemment arrivés en France.
Depuis la création du collège unique, "les publics se sont considérablement diversifiés, les problèmes se sont multipliés", a-t-il expliqué, ajoutant qu'on ne pouvait gérer de la même façon des collèges situés dans des endroits aussi différents que le centre de Paris, une banlieue ou une zone rurale.
Xavier Darcos a rappelé par ailleurs qu'il n'était pas question de mettre en place un examen avant l'entrée en sixième.
"Nous ne voulons pas sélectionner les enfants en sixième. Tout le monde ira à l'école jusqu'à 16 ans", a-t-il dit. "Ce qu'il faut, c'est que les élèves aient les mêmes chances en arrivant en sixième".
Le ministre de l'Education nationale fera des propositions à ce sujet à la fin du mois d'octobre.

Dernière remarque : tu as l'air de t'inquiéter de tes mots, Coralie.

Tout, dans ton texte est pourtant impeccable.

Le mot "prédestination" est particulièrement bien choisi, de même que ta volonté de défendre un bagage culturel minimum...

J'ai l'impression que nous sommes très loin de la "Réussite éducative et culturelle" qui figurait dans notre pacte présidentiel...


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

3 commentaires:

À 6 septembre 2007 à 07:25 , Blogger 1OO pensées pour VOUS ! a dit...

Nouveau message de Coralie au-sujet de l'enseignement en général (Et je m'aperçois que j'ai oublié de rappeler les suppressions de postes dans l'enseignement dans le billet !) :

" AFP - Jeudi 6 septembre, 08h12
PARIS (AFP) - 88% des Français se disent "satisfaits" de leur école ou de celle de leurs enfants et ils sont autant à penser que leurs enseignants ou ceux de leurs enfants sont "bien formés", selon un sondage TNS-Sofres à paraître jeudi sur "Les Français et l'Ecole".

(Publicité)

88% des Français interrogés s'estiment "satisfaits" de leur école, de leur université ou de l'école ou de l'université de leurs enfants. 32% d'entre eux sont "très satisfaits", selon ce sondage, réalisé pour la presse quotidienne nationale, régionale, urbaine gratuite et la presse hebdomadaire régionale.

De même, 88% des sondés pensent que les enseignants, ou ceux de leurs enfants sont "bien formés".

Lorsqu'on les interroge sur les difficultés rencontrées à l'école, 32% citent en premier lieu "une classe surchargée", puis 24% "un enseignant ayant des problèmes d'autorité", suivi, pour 23% d'"un niveau de classe très hétérogène".

Dans le détail, 49% des élèves citent, en premier lieu "un enseignant ayant des problèmes d'autorité", contre seulement 15% des parents.

Quand on demande aux Français quelles sont les améliorations souhaitées, seuls 15% aimeraient "que les enseignants montrent plus d'autorité".

Les étudiants citent davantage que la moyenne des autres élèves l'"absence de matériel pédagogique adapté" (28% contre 15%).

S'agissant des situations de violence à l'école, les Français interviewés disent en premier lieu (32%) qu'ils ont été confrontés à de la "violence verbale entre élèves", puis (12%) à de "la violence physique entre élèves à l'intérieur de l'établissement scolaire".

Pour 40% des Français l'amélioration la plus souhaitée est de "réduire le nombre d'élèves par classe ou par cours", puis, pour 26% de "développer le soutien individuel".

Ce sondage a été réalisé par téléphone entre le 30 avril et le 24 juin, selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 4.418 personnes représentatives de la population de plus de 15 ans résidant en France."

 
À 7 septembre 2007 à 09:01 , Blogger Dominique M a dit...

Lorsque Sarkozy avait évoqué le caractère inné de la pédophilie, il m'avait déjà effrayée mais je me disais que ces histoires de prédestination n'était pas sérieuses. Ca semble pourtant se confirmer.
Gérard, bravo pour ton blog.

 
À 7 septembre 2007 à 12:02 , Blogger 1OO pensées pour VOUS ! a dit...

@ Dominique

Merci pour cette flatteuse appréciation !

Maintenant, question analyse de la situation actuelle, des dérapages de ceux qui gouvernent,...nous sommes vraiment au bord d'un gouffre inquiétant...

J'espère qu'il fera beau...un de ces jours

Amicalement

GE

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil