jeudi 19 février 2015

L' EUROPE EN TRAIN DE RATER SON RENDEZ-VOUS AVEC LA SORTIE DE CRISE




...J'ai déjà beaucoup parlé de la Grèce, de l'Europe et de la dette sur ce blog....
                        -----------------------------------------------------------


 La Grèce (du moins le programme de Tsipras) voulait supprimer une bonne part de sa dette. Son nouveau premier ministre, Alexis Tsipras, a reçu un accueil glacial chez Hollande d'abord, à l'assemblée européenne ensuite...
(Ce que l'on comprend, car la dette grecque a été "reprise" par les pays de l 'Europe. Donc, si les Grecs ne paient pas, les autres pays de la zone euro vont casquer à sa place. Ce qui ne va pas non plus...)

Une petite ébauche de solution via l'ex premier ministre belge Di Rupo, actuel Président du PS : il est d'accord (mais peut-être le seul en Europe hélas...) que la Grèce étale les remboursements en capital de sa dette, et d'accord aussi pour en supprimer les intérêts.



!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!   SUPPRESSION DES INTERETS   !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!. 


Nous voilà dans l'univers d'Olivier Bonfond ("Et si on arrêtait de payer ?") et quelques autres : abolir la partie illégitime de la dette pour tous les pays européens

(Puis dans le même lignée refuser l'étouffoir Tafta qui menace l'UE de mort pas si lente autant  et même plus que  que Poutine).

Si l'UE accepte que la Grèce rembourse son prêt sans intérêts, elle aura fait le premier pas pour enfin décider que sa dette phénoménale soit aussi remboursée 


                                                       sans intérêts


Ce qui, en commençant à travailler avec effets retroactifs, permettrait de diviser cette dette dûe aux banques privées par deux si pas trois. Dans la foulée, reconsidération des statuts de la BCE, aujourd'hui officine privée dont la planche à billets ne tourne, à nos frais, que pour financer les banques privées. 


 Suffira d'abolir l'article 123 du Traité de Lisbonne...


Voilà un...résumé de ce qui me semble une manière humaniste de travailler, méthode de travail sans doute difficile à mettre en oeuvre hélas. 


Compléments d'infos : 


http://centpenseespourvous.blogspot.be/2015/01/alexis-tsipras-derniere-chance-pour.html

http://centpenseespourvous.blogspot.be/2015/01/deflation-danger-pour-qui.html

http://centpenseespourvous.blogspot.be/2015/02/les-atterres-applaudissent-tsipras.html




Actuellement, dette publique/habitant en Belgique, France,...supérieure à 30 000 euros. Poutr "seulement" 28 000 chez les Grecs !
S'il n'est déjà trop tard, il est certainement grand temps d'agir.

Mais le monde politique a-t-il encore un morceau de pouvoir face aux mafias financières et économiques ?
On en doute de + en +, car :

-depuis les années 70, ce sont les banques privées qui sont aux commandes de la planche à billets, 

et ce sont maintenant les labos privés qui saisissent les palais d'injustice quand des Etats, pour tenter de protéger la santé de leurs citoyens, ne respectent pas les diktats de leur dieu "Libre échange".
(Plainte de Bayer contre la France pour non utilisation de ses pesticides, plainte de Philip Morris contre l'Australie pour les paquets de clopes rendus anonymes,...)

. Rentabilité. Un "dieu" encore plus dangereux que le "Allah barbare" que gueulent les cinglés suicidaires qui ont besoin de massacrer avant de crever. 

Les banques,  les labos et autres prédateurs à vaste échelle, ont besoin aussi de massacrer (pour la cause de la déesse rentabilité, associée pour le pire au dieu libre-échange), mais pas besoin de crever, eux. 

Hélas...

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil