jeudi 8 octobre 2009

AUTOMNE








Sur un tapis de fleurs fanées
L'automne est en train de tomber
Avec des envolées de mortes feuilles
D'or de pourpre ou de sienne

On croirait parfois pourtant l'avoir vu descendre
Avec un sifflement de guillotine
Comme un sombre couvercle
Sur un piano de pierre

Tout en murmurant
Que l'odeur des feuilles mortes
Est celle du néant

Peut-être parce que les feuilles mortes ne sont jamais bleues ?
Peut-être parce que le ciel
Ne saura plus redevenir bleu ?

2 commentaires:

À 10 octobre 2009 à 03:31 , Blogger Bibibibi a dit...

Bonjour,

L'automne m'est mordorés velours
Qui lentement recouvriront
Ce que les jours d'avant
La vive verdeur de la nature
Avait déposé à leurs pieds.
Sous ses feuilles rouges, un jour,
Vies et graines germeront
Et perceront gaiement
Mêlant au printemps l'aventure.

Allez, fi de la dactylographie, suffit d'imaginer des lettres de tonalités rouge, verte.

http://agitare-rem.over-blog.com/article-refaire-le-monde-37261343.html

Bonne journée

 
À 12 octobre 2009 à 12:20 , Blogger 1OO pensées pour VOUS ! a dit...

Très beau poème, Bibi

Et tu as raison, le printemps reviendra (espérons...)

Mais tu avoues aussi imaginer les tonalités vertes, rouges,...

J'avais écrit : " Les feuilles mortes ne sont hamais bleues".
Au printemps, on remarquera que les roses non plus !
( Pourtant, il y a des fleurs bleues...)

Pour en revenir aux feuilles puis aux roses, ont-elles refusé le bleu parce que c'est la couleur du ciel et de la mer ?

Bizzz à bientôt

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil